Living Goods est fière de soutenir les gouvernements dans leur parcours innovant en matière de santé numérique

Il y a plus de 15 ans, Sarah est devenue ASBC dans une communauté périurbaine de Kampala, en Ouganda. Son rôle consistait à recenser les ménages, à dispenser une éducation sanitaire, à traiter et à orienter les enfants malades, tout en prodiguant des soins aux femmes enceintes et en facilitant l’orientation vers les structures de santé pour des accouchements en toute sécurité. Cependant, la tenue des dossiers médicaux s’est avérée difficile avec les outils papier.

Nous devions prendre des notes pendant la formation, mais il nous arrivait d’oublier les dosages pour les différents groupes d’âge. Il n’était pas facile de retrouver les informations contenues dans ces documents”, a-t-elle déclaré.

Dans le comté de Kisumu, au Kenya, par exemple, les pénuries fréquentes d’outils papier pour les 3 000 ASBC et les 119 auxiliaires de santé communautaires ont posé des problèmes lors de la collecte des données.  À la fin du mois, nous jouions au chat et à la souris. Les superviseurs cherchaient des rapports et les ASBC ne les avaient pas”, explique Maureen Opiyo, coordinatrice des services de santé communautaire du comté de Kisumu.

En cas de pénurie, les ASBC se contentent souvent d’ enregistrer les données des patients sur des papiers ou des livres au hasard, qu’ils égarent ou manipulent mal », ajoute-t-elle. De plus, les ASBC oublient souvent leurs tâches. Pour relever ces défis, les gouvernements – notamment le Kenya, l’Ouganda et le Burkina Faso – investissent dans la numérisation de leurs systèmes de santé communautaire.

Living Goods, en partenariat avec ces gouvernements, comble le fossé entre les programmes de santé communautaire, les systèmes numériques et les ASBC, améliorant ainsi considérablement la prestation de services de santé de qualité jusqu’au dernier kilomètre.

 Avec des données actualisées, nous sommes mieux placés pour prendre des décisions éclairées. Nous pouvons savoir quelles sont les zones qui nécessitent une attention immédiate, y compris en matière de santé, et identifier les malades et les interventions à effectuer”, a déclaré Ruth Ojuka, responsable de la santé c ommunautaire du sous-comté de Nyando (Kisumu).

Depuis que Living Goods a lancé ses activités à Kisumu, la plupart des indicateurs clés de performance se sont améliorés de 30 %.

Living Goods dispose de solides capacités numériques internes, étant l’une des premières organisations à fournir des smartphones à grande échelle aux ASBC sur le continent africain en 2014. Nous avons collaboré avec Medic, le responsable de la Community Health Toolkit (CHT), pour concevoir la première application mobile sur une plateforme en accès libre.

Living Goods peut concevoir, développer et mettre en oeuvre de manière indépendante des solutions numériques à grande échelle dans des environnements à faibles ressources, aux côtés de fournisseurs de plateformes tels que Dimagi, Medic et Ona.

Notre vaste expérience, construite au fil des années en déployant des outils numériques à grande échelle et en utilisant les données pour optimiser les performances des ASBC, améliorer la qualité des soins et renforcer les systèmes de santé, est unique et a démontré son impact. Le s résultats préliminaires d’un essai aléatoire réalisé par un organisme externe sur notre tr avail en Ouganda ont révélé une réduction d’au m oins 28 % de la mortalité des enfants de moins de 5 ans.

Vihiga : Le coordinateur des services de santé communautaire, Gabriel Masinde, forme les agents de santé communautaire à l’utilisation d’outils numériques au centre de santé d’Ebusiratsi.

En 2021, lorsque. le gouvernement kényan s’est la ncé dans la numérisation de la santé communautaire à la suite du projet pilote réussi à Kisumu que Living Goods a mis en oeuvre en partenariat avec le comté, il s’est basé sur l’ application de Living Goods pour concevoir son eCHIS national, qui est m aintenant généralisé à l’ ensemble des 107 000 AS BC à l’échelle nationale.

Nous avons collaboré av ec Medic sur le prototype et, avec la coalition CH U4UHC, nous apportons notre soutien au ministè re de la santé pour la mise en uvre de sa stratégie de santé communautaire. En Ouganda, le ministère de la santé a choisi Living Goods pour conduir e le déploiement d’eCHIS dans certains districts en 2023, et nous continuons à apporter un soutien technique au fur et à mesure que le pays intensifie ses efforts.

Nous pensons également que différentes technologies sont mieux adaptées à différents contextes et nous pouvons identifier le bon produit pour les besoins d’un utilisateur et l’aider à développer des solutions personnalisées. Par exemple, alors que notre application en Ouganda et au Kenya est fondé sur la plateforme CHT, nous avons aidé le gouvernement du Burkina Faso à adopter CommCare comme plateforme numérique en partenariat avec Dimagi.

Chronologie de notre parcours numérique.

Notre savoir-faire va au-delà de la technologie ; nous plaidons pour un accompagnement global des ASBC, notamment en matière de supervision, de formation, de matériels et de rémunération équitable », explique Émilie Chambert, responsable en chef des programmes de Living Goods.

Living Goods plaide également pour l’inclusion des ASBC dans les politiques et budgets nationaux et soutient les gouvernements dans l’analyse de leurs paysages numériques, le développement de stratégies et l’évaluation des coûts, ainsi que la planification de la mise en uvre et l’ évaluation des programmes.

Nous sommes ravis de constater les progrès réalisés par les gouvernements des trois pays où nous intervenons dans la numérisation des systèmes de santé communautaire , souligne Liz Jarman, DG de Living Goods.

Nous continuerons à nous associer à eux pour cofinancer et mettre en oeuvre conjointement des programmes de santé communautaire numérisés et professionnalisés qui incluent tous les éléments du DESC, car nous savons quelle différence cela fait dans la vie des ASBC et des communautés qu’ils desservent.

Sarah, ASBC, saisit les renseignements de sa cliente dans le téléphone.

Dans le cas de Sarah, la numérisation a transformé son travail. Beaucoup de choses ont changé lorsque nous avons commencé à utiliser les téléphones. Nous sommes toujours sûrs des doses que nous administrons aux enfants, et même les communautés que nous desservons apprécient la standardisation des soins.

Back to Top

We use cookies to improve user experience and analyze website traffic. By using our site, you agree to our use of cookies. You can change your cookie settings at any time through your Interent browser. Please read our Privacy Policy for full details.